Rater sa mort

Lorsque j’apprends la mort de Johnny, après quelques pensées pour ce chanteur parti de presque rien pour devenir presque tout, je pense au triste fait que sa mort va étouffer la nouvelle de la mort de Jean d’Ormesson de la veille.

Je ne suis fan d’aucun de ces deux hommes, mais je les aimais bien. D’ormesson, je le voyais comme un homme culture, gentil doux et intelligent. Sans Johnny, il aurait une l’une des plus belle mort médiatique de 2017 en France. Macron dira à son propos : « le meilleur de l’esprit français », « un prince des lettres ».

Mais c’était sans compter le rocker qui lui a volé la vedette.

D’ormesson aura les honneurs de la République avec un hommage national aux invalides.